Histoires de randonnées "per los chamins de Perigord"

Ecouter les oiseaux

Voir la carte en plein écran

Aux étangs de La Jemaye (0.28182  45.15344)

La forêt de la Double est un vaste espace parsemé d’étangs. Les boisements essentiellement constitués de feuillus sont le repère de l’autour des palombes, qui survole les arbres toujours aussi furtivement. Les pics sont bien représentés avec notamment l’élégant pic noir. La bécasse de bois y est aussi observable.

L’étang du Tuquet, au sud de l’étang de la Jemaye, dispose d’un observatoire bien aménagé qui permet d’observer la roselière. Busard des roseaux, grèbes huppés et castagneux, et pourquoi pas le butor étoilé en hiver, peuvent y être observés. Au printemps, c’est la rousserolle effarvatte qui donne le ton.

Période d’observation : printemps
Recommandations : jumelles, lotion anti moustiques, animaux déconseillés.
Nom des espèces : Grèbe castagneux, Butor étoilé, Coucou gris, Chouette hulotte, Pic noir, Bondrée apivore, Autour des palombes, Grèbe huppé, Epervier d’Europe, Bécasse des bois, Busard des roseaux, Rousserolle effarvatte

Falaises de la Dordogne entre la Roque Gageac et Beynac et Cazenac (1.18433  44.8249)

La Dordogne, bute ici successivement sur des escarpements calcaires qu’elle a longuement usé pour donner aujourd’hui l’un des plus beaux paysages du département. L’homme y a contribué en bâtissant de nombreux châteaux qui dominent de leur hauteur les méandres de la rivière.

Deux saisons sont particulièrement intéressantes : En hiver on rencontrera le tichodrome échelette qui affectionne les versants ensoleillés des falaises du village (points 1 sur la carte) ou de la Malartrie (point 2), ainsi que le faucon pèlerin. Enfin c’est au château de Beynac (point 5), qu’on recherchera les accenteurs alpins.

Au printemps, quelques couples de martinets à ventre blanc nichent sur la falaise de la Malartrie. On pourra les rechercher depuis le belvédère (point 3) auquel on accède par le parking des jardins de Marqueyssac. Le faucon pèlerin est à rechercher aussi, nichant sur ces falaises

Période d’observation : printemps, hiver
Recommandations : animaux déconseillés, longue vue, circuler de site en site et chercher activement: les falaises sont vastes et le tichodrome discret!
Nom des espèces : Martinet à ventre blanc, Pigeon colombin, Hirondelle de rochers, Faucon pèlerin, Choucas des tours, Tichodrome échelette, Bergeronnette des ruisseaux, Accenteur alpin, Grand corbeau

Forêt de Campagne (0.97503  44.9066)

Cette forêt de 345 hectares est divisée en deux massifs.

Ses caractéristiques géographiques et géologiques lui confèrent une richesse naturelle remarquable qui a incité le Département à la valoriser. Un sentier de découverte formé de deux boucles permet la découverte des lieux grâce à des panneaux d’informations sur la faune, la flore et l’histoire de la forêt.

La forêt de Campagne se caractérise par une multitude d’essences et de stations forestières: chênes verts, pelouses calcaires, hêtraie, charmaie… et reflète en même temps la physionomie typique du Périgord : chênes pubescents, châtaigniers, noisetiers.

Tous ces milieux favorisent l’avifaune du site. On rencontrera le pouillot de Bonelli, l’hirondelle de rochers, les pics et quelques rapaces nocturnes, mais également des espèces plus rares comme, le Circaète jean le blanc, le Faucon pèlerin, ou le Tichodrome échelette.

Période d’observation : printemps, hiver
Recommandations : animaux déconseillés, rester sur les chemins et privilégier les heures matinales au printemps
Nom des espèces : Pouillot de Bonelli, Tichodrome échelette, Grosbec casse-noyau, Hirondelle de rochers, Faucon pèlerin
Rougequeue à front blanc, Pic noir, Chouette hulotte, Pic mar

Falaises de la Vézère autour des Eyzies (1.18433  44.82490)

Magnifique site bien connu pour son intérêt archéologique, le village des Eyzies est également très favorable à l’observation des oiseaux rupestres. Un cortège typique d’oiseaux qui recherchent l’abri de ces milieux. On recherchera ainsi depuis le village des Eyzies (Point 1 sur la carte) le discret tichodrome échelette qui arpente chaque hiver les parois qui dominent la Vézère. On pourra aussi le rencontrer sur la falaise du Grand Roc (point 2), où on aura aussi des chances de croiser le faucon pèlerin. Hirondelles de toute sorte, bergeronnette des ruisseaux et autres seront aussi à croiser ça et là le long de la Vézère. Enfin du point 3 on pourra prospecter à la longue-vue les falaises du Cingle que les précédentes espèces affectionnent également.

Période d’observation : Hiver, printemps
Recommandations : animaux déconseillés, longue vue, circuler de site en site et chercher activement: les falaises sont vastes et le tichodrome discret!
Nom des espèces : Bergeronnette des ruisseaux, Tichodrome échelette, Faucon pèlerin, Hirondelle de rochers

Forêt de Liorac sur Louyre (0.62707  44.87776)

Ancienne réserve naturelle volontaire, la forêt de Liorac est aujourd’hui pour partie forêt communale, pour partie forêt privée.

On y accède par plusieurs parkings possibles d’où partent de nombreux chemins qui permettent de pénétrer dans la forêt où d’en longer les bords, côtoyant ainsi les vignobles ou vergers.

Cette vieille forêt typique du Périgord est une chênaie-charmaie parsemée de vieux châtaigniers. Le cortège d’oiseaux qu’on y rencontre est ainsi celui des forêts sénescentes : Les 5 pics s’y rencontrent, dont le mar et le noir,  ainsi que les rapaces : circaète Jean-le-Blanc, bondrée apivore, épervier.

Un site à faire au printemps de bonne heure, ou en journée pour les rapaces.

Période d’observation : toute l’année
Recommandations : Animaux déconseillés, jumelles. Attention aux périodes de chasse en automne et en hiver. Se renseigner en mairie – 05.53.63.02.57
Nom des espèces : Bondrée apivore, Bouvreuil pivoine, Grosbec casse-noyaux, Epervier d’Europe, Circaète Jean-le-Blanc, Pic mar, Chouette hulotte, Pic noir, Pic épeichette, Pouillot de Bonelli

Lac de Saint Estèphe (0.67188  45.59272)

La retenue de Saint Estèphe contribue au large complexe des grands lac du Périgord vert qui sont utilisés par les oiseaux migrateurs en halte au cours de leur voyage, ainsi qu’en hivernage. C’est à cette saison qu’on profitera le mieux de ce site. On aura peut-être la chance, lors d’un hiver rigoureux, d’y observer le plongeon imbrin.

Le balbuzard pêcheur ou les guifettes y sont d’observation régulière en migration, et les espèces plus sédentaires comme le pic noir ou la bergeronnette des ruisseau pourront également être recherchées.

Période d’observation : Hiver, printemps
Recommandations : Animaux déconseillés. En hiver, favoriser les périodes de grand froid qui rabattent les oiseaux nordiques plus au sud.
Nom des espèces : Martin-pêcheur d’Europe, Balbuzard pêcheur, Grèbe huppé, Guifette moustac, Grèbe castagneux, Pic noir, Plongeon imbrin, Guifette noire, Bergeronnette des ruisseaux, Grande aigrette